Les guêpes et les frelons

Contrairement à d’autres insectes sociaux, tels les abeilles, les fourmis ou les termites, les sociétés de guêpes et de frelons sont annuelles. Au printemps une femelle fécondée sort de son abri pour fonder une nouvelle socié. Elle choisit un emplacement et y commence la construction des premières alvéoles du nid. Elle y dépose les premiers œufs et éve les larves qui en sortent. Après nymphose, ces larves deviennent des ouvrières stériles qui poursuivent la construction du nid et approvisionnent la colonie. Cette première phase est cruciale car la nouvelle Reine est très vulnérable. Cette phase achevée avec succès elle se consacre exclusivement à la ponte.

Les guêpes et les frelons européens ont un rôle essentiel dans la chaîne alimentaire, ils doivent être préservés sauf en cas de danger pour l’homme (proximité du nid avec les zones d’activité humaine). Les frelons asiatiques représentant, d’une part, un risque important pour les abeilles, et d’autre part, un risque pour l’être humain et les animaux domestiques (danger d’approcher un nid à moins de 5 mètres) doivent être éliminés systématiquement par un professionnel formé et équipé.

Retour aux insectes…

Mœurs et nuisances des guêpes, frelons et polistes

Les guêpes, les frelons et les polistes sont tous des hyménoptères ayant une forme d’organisation sociale.

Les principales espèces rencontrées en France sont :

Les guêpes

Vespula Germanica

Vespula vulgaris

Les guêpes sont de couleur noire et jaune, à la pubescence clairsemée, elles mesurent de 15 à 25mm. Très répandues, et très agressives, elles sont à l’origine de la plupart des piqûres. Très commune, présence fréquente sur les fruits.

Nid en carton grisâtre dans les cavités des maisons.

Nid en car ton jaunâtre dans les cavités des maisons ou du sol

Dolichovespula media

Le frelon européen : Vespa Crabo

Le frelon asiatique : Vespa velutina

Mesure au moins 25 mm. : nid grisâtre suspendu dans les buissons Nettement plus gros, de 30 à 55 mm, avec des nuances de roux, assez forte pubescence. Moins agressif mais piqûres très douloureuses. Se nourrit plutôt d’insectes. Nid dans les arbres creux et en haut des maisons. Plus petit que le frelon autochtone, 25 à 30 mm, abdomen noir avec des segments brun-orange, à pattes jaunes. Espèce invasive apparue en France depuis 2006. Se nourrit d’insectes, peu agressif sauf près du nid. Pas d’activité le soir contrairement à Vespa Crabo. Grand nid de forme ronde ou ovale.
 

Les polistes : Polistes gallicus

Fines et égantes, 10 à 16 mm, abdomen aminci aux 2 extrémités. Très communes dans la moitié sud de la France. Se nourrissent principalement de chenilles. Petit nid aérien, d’une cinquantaine d’alvéoles, sans enveloppe, fixé à un mur par un pédoncule. Espèce à protéger.

Cycle de développement et organisation social

Les nids sont fabriqués à partir de bois d’origines diverses, transformés en papier par mastication. Achevés, ils sont de forme et de taille variables et peuvent contenir de quelques dizaines (polistes) à plusieurs milliers d’individus. Apparents ou cachés, on les rencontre dans les endroits les plus variés : Tronc d’arbre creux, coffre de volet roulant, cheminée, grenier,mur extérieur, haie, arbre, ou dans le sol. On les repère plus facilement à partir des grandes chaleurs grâce aux allées et venues diurnes des ouvrières  à la recherche de nourriture. Les frelons asiatiques construisent le plus souvent un deuxième nid plus conséquent à la cime des arbres en abandonnant le premier. Celui-ci est plus difficile à repérer avant la chute des feuilles. Les besoins en nourriture sont doubles : Pour les larves des substances carnées ( fragments de viande, insectes) et pour les adultes des matières sucrées (fruits, sirops, jus de fruit, vin, bière) ainsi que des protéines animales ou vétales (pollens). A la fin de l’é, les œufs donnent des mâles et des femelles fertiles qui seront fécondées. Ces dernières, futures Reines, seront destinées à aller créer de nouveaux nids au printemps suivant. Aux premiers froids, toute la colonie disparaît à l’exception des nouvelles Reines, qui cherchent individuellement un abri naturel pour hiberner.